Ils traversent la Brèche de Roland sur un fil

Brèche de Roland. (photo Bernard Jamorski) De l’audace encore de l’audace.

Nos comparses de Pyrénéaline devaient en regorger pour oser traverser la brèche de Roland sur un fil.

Pour faire branché, on ne dit pas funambule mais highline.

Cette pratique de l’extrême nous vient des Etats-unis

Elle se pratique en milieu naturel.

Commencer par trouver un site réputé avec beaucoup de vide. Tendre une sangle et traverser

La Brèche de Roland dans les Pyrénées présentait toute ses caractéristiques: 70 m de large et autant de vide.

Ces funambules de l’extrême sont une équipe de Toulousain auto baptisés Pyrénéaline, néologisme forgé sur Pyrénées et adrénaline. Tout un programme.

Cet article a 3 commentaires

  1. Proportionnellement les araignées font mieux et en plus elles nous laissent de si jolies toiles dans la rosée du matin !

  2. et, bien sûr, ça finit à ….. la bergerie de « Gégé » à Buerba …. sans nul doute !

Laisser un commentaire

×
×

Panier